Rechercher

Faisons respecter nos repos, JO ou pas JO !

Compte rendu du CSEC extraordinaire du 18 décembre 2023

En octobre 2023, Nicolas REVEL a lancé la mobilisation générale pour les JO 2024. A grand renfort de communication, le Directeur général promet de juteuses primes aux agents qui accepteront de ne prendre que 2 semaines de congés. L’administration relaie immédiatement dans les hôpitaux :

  • Un appel à volontariat pour sacrifier ces congés payés d’été
  • La promesse de primes pour les agents qui renonceraient à 1 semaine de congé
  • L’obligation pour tous les agents de poser leurs dates de congés d’été 2024 pour le début décembre voire dès le 15 novembre

 

Cette campagne, qui n’était pas accompagnée d’une Note de la DRH en bonne et due forme, a laissé penser que tous les agents seront concernés par la prime, alors que d’un autre côté on apprenait que 3 Hôpitaux seulement ne seraient concernés par les JO de Paris…

Pour faire la clarté sur ces mesures et exiger le respect du droit au repos de tous les agents, la CGT a demandé en intersyndicale CGT-FO-CFTC-UNSA la réunion d’un CSE Central extraordinaire qui s’est tenu le 18 décembre 2024.

Seuls les agents qui travailleront ou seront appelés à travailler au moins 5 Jours sur leurs congés d’été (seulement 2 semaines consécutives) pourront prétendre avoir une prime, dans les 68 services concernés.

Sur la pression généralisée sur la pose des congés anticipés, qui a été lancée honteusement dans toute l’AP-HP, le Nicolas REVEL se dédouane en précisant :

« Les dates pour le positionnement des congés dès novembre décembre ne concernaient que les 68 services concernés pour évaluer la capacité des agents nécessaires. »

Combien d’agents sont tombés dans le piège ?

Tout le monde a la pression sur la pose des congés annuels, par contre la Direction ne s’engage pas dans une date butoir d’acceptation sur les demandes…

En fin de compte, très peu d’agents toucheront cette prime !

La CGT refuse également la discrimination des primes annoncées, qui sont sources de division.

Rien ne justifie qu’un effort identique de décalage ou réduction du nombre de CA en été fasse l’objet d’une différence de traitement en fonction du grade : à sacrifice égal, prime égale pour tous !

D’ailleurs, la circulaire gouvernementale ne conditionne l’indemnité qu’au titre du niveau d’effort consentis, pouvant aller jusqu’à 1500 euros bruts.

Pour la CGT, Le directeur général doit respecter l’égalité de traitement des fonctionnaires. S’il y a prime c’est 1500 euros pour tous !

Une fois de plus, on compte sur le dévouement quasiment bénévole des hospitaliers, alors que des milliards ont été injectés dans l’organisation des Jeux Olympiques.

Une fois de plus, on nous annonce des récompenses sous forme de « goodies », d’événements festifs en direction des personnels. « 1 000 places pour les JO réservées pour les agents de l’APHP » Pas mal pour 90 000 agents ! Qui seront les heureux élus ?

Mais si la carotte ne suffit pas, le Directeur Général menace du bâton.

En cas de problème cet été ou l’absence de volontariat, il faudra passer à un autre stade :

« Nous ferons usage de la procédure de rappel des agents pour renforcer »

L’été va être chaud pour les agents de l’APHP… Nous ne serons pas à la fête !

La direction générale et le Ministère ne mettent aucun moyen supplémentaire.

C’est encore une fois sur les agents que reposeront toutes les contraintes et les dangers d’exercice professionnel…

…comme pendant le COVID, comme pendant toutes les périodes d’exception qui deviennent quotidiennes à l’AP-HP.

La CGT a réaffirmé que l’AP-HP était toujours dans le rouge et les agents tous services confondus (soins, techniques, administratifs) travaillaient sans cesse à la limite de la rupture.

La période de l’avant, pendant et après JO va en surajouter à nos difficultés :

► Problématiques des transports (Plus d’affluence, fermeture certaines stations ou certaines lignes, etc… et les augmentations de tarif

► Problématiques de libre accessibilité à leur lieu de travail avec les zones d’interdiction et de contrôle sécuritaire

► Problématiques du télétravail pendant cette période

► Problématiques des gardes des enfants des agents mis à contribution

L’AP-HP fragilisée au quotidien n’est pas prête pour assurer la sécurité sanitaire optimale de cette période

Selon le document du Ministère :

► 16 Millions de visiteurs attendus dont 10% de l’étranger

► 15 000 sportifs et l’équivalent de 43 championnats du monde simultanés

► 26 000 journalistes + 40 000 non accrédités

Le gouvernement est responsable de cette situation. Il devra assumer les conséquences de la casse de nos services publics

A 8 mois des Jeux, la grande messe prévue depuis 2007 va donner lieu à de grandes préoccupations pour les agents

Le diagnostic du grand Mic-mac est posé. A nous d’être l’anti-virus de leur manque, de mesures préventives

Garantissons nos droits, 2024… j’ose agir, j’ose dire non !

NI LES PRIMES, NI LES HEURES SUP NE NOUS PERMETTENT DE VIVRE !

IL FAUT ARRACHER

►L’AUGMENTATION GÉNÉRALE DES SALAIRES

►LE POINT D’INDICE À 6 EUROS ( + 400 EUROS POUR TOUS)

►L’INDEXATION DES PAIES SUR LES PRIX

URGENCES !

Partager sur :