Rechercher

Les vacances, c’est quand on veut et le temps qu’on veut !

Aucune attaque sur nos congés annuels !

Le 18 octobre 2023, la direction générale de l’APHP a pondu une note pour nous informer de comment ELLE voudrait que se déroulent NOS vacances d’été 2024.

En effet, du 26 juillet au 11 août 2024 prochains se dérouleront les Jeux Olympiques, ainsi que les Jeux Paralympiques du 28 août au 8 septembre 2024. La direction se vante d’être « partie prenante » de ces JO et proclame que l’AP-HP sera en première ligne… mais la conséquence c’est que cela impacterait nos vacances d’été 2024 à nous.

Ainsi, dans sa note, la direction annonce que dans son scénario, il y aurait 60 services (sur les 800 de l’AP-HP) qui auront une activité plus importante et donc moins de lits fermés l’été prochain. Est-ce à dire qu’elle compte donc embaucher du monde à cette occasion ?

Absolument pas !

Cela signifie que ce sont ceux qui travaillent déjà qu’elle veut faire bosser davantage, en leur « reportant » 1 semaine de vacances.

Les services concernés seraient : SAMU, SMUR, services d’urgences, services d’aval des urgences, la chirurgie orthopédique et digestive, les réanimations et les soins intensifs.

Pour ces services concernés, les 3 semaines minimum consécutives de congés ne seraient pas maintenues dans la période du 1er juillet au 31 août.

A l’échelle de l’AP-HP, cette mesure concernerait environ 730 médicaux et paramédicaux supplémentaires mobilisés par rapport aux années précédentes, soit :

  • 350 infirmiers
  • 250 aides-soignantes
  • 20 ambulanciers
  • 110 médecins

La direction cherche à nous amadouer avec sa prime pour les vacances d’été 2024

Comme la direction générale se doute bien qu’elle ne va pas faire l’unanimité avec son idée de vacances
réduites, elle anticipe et propose une prime aux collègues (des 60 services concernés) qui ne prendraient
que 15 jours de vacances entre le 1er juillet et le 31 août. Cette prime, attribuée pour 5 jours de travail
( qui correspond à la 3ème semaine non prise) serait de:
800 euros BRUT pour les collègues en Cat. C
1000 euros BRUT pour les collègues en Cat. B
1200 euros BRUT pour les collègues en Cat. A
2500 euros BRUT pour les médecins.
Outre le fait qu’une prime n’est pas du salaire, le chiffre annoncé est en BRUT, pour ne pas afficher le
chiffre en NET tant il est dérisoire. De plus, en proposant cette prime, la direction cherche à diviser les
collègues entre eux, en établissant une hiérarchie, comme si certains « méritaient » plus que d’autre

Les vacances doivent être validées, avant le 31 mars de chaque année, La direction de l’AP-HP se sert donc des JO pour changer la loi ???

La direction voudrait que l’on ait posé nos vacances estivales avant la fin du mois de novembre pour les services mobilisés, et avant la fin du mois de décembre 2023 dans les autres services alors que dans certains services les congés de Noël ont été transmis mois de novembre.

C’est vraiment l’hôpital qui se fout de la charité !

Cette injonction ne dit pas ce qui se passerait pour les collègues qui n’auraient pas transmis leurs désidératas avant la fin du mois de novembre. Et qu’en sera-t-il pour des collègues qui seraient embauchés à partir du 1er janvier ?

NON et NON : Nos vacances avant les JO

Plus vague tu meurs

La direction prévoit que des services de soins aient une augmentation de leur activité à l’été 2024. Cependant, concernant les services supports (la radio, les labos, la crèche, les services logistiques, les cuisines…) qui tournent autour de ces services de soins, le flou reste entier.

En tout cas pas question d’accepter que l’on remette en cause NOS vacances pour les J.O.

Ça sent le plan blanc

Dans sa note, la direction explique que s’il y a « situation exceptionnelle », elle ferait appel aux « mécanismes habituels de rappels de professionnels » qui seront utilisés pour « permettre l’arrivée de renforts en quelques heures.»

En gros : elle nous dit que si besoin, avec l’aide du gouvernement, elle déclenchera un plan blanc.

Les JO, une fête ???

Vu les annonces, ce ne sera pas la joie pour les hospitaliers !

Chaque été, c’est la galère au niveau effectif, que ce soit dans les services de soins, dans les laboratoires, à la crèche, à la radio etc. pas un service n’est épargné.

La direction qui n’a rien anticipé, veut encore une fois faire porter sur les seuls collègues, la charge des Jeux Olympiques. Cela est une manière de vouloir faire dès maintenant pression pour essayer de nous habituer à avoir moins de congés l’année prochaine.

Alors si la direction veut que l’on annonce dès maintenant les dates de nos vacances, c’est justement parce qu’elle n’a pas l’intention d’embaucher l’effectif nécessaire qui permettrait que chacun ait les vacances qu’il souhaite.

Non ! Son objectif, c’est d’avoir une armée de réserve dans tous les services, pour pouvoir, si c’est nécessaire, déplacer les collègues dans les services en tension, etc.

Si elle voulait vraiment embaucher, la direction ferait dès maintenant des annonces d’embauches massives, elle stagiairiserait tous les collègues en CDD, elle demanderait des RCA (Remplacements de Congés Annuels) dès maintenant, etc. Mais ce qu’elle fait -et tout ce qu’elle ne fait pas – prouve que son seul objectif c’est que l’on ait un minimum de vacances, avec un effectif ridicule dans tous les services.

Alors quel que soit notre service, qu’il soit concerné ou pas par la prime, JO ou pas JO, il faut que l’on impose à la direction les vacances que l’on souhaite, quelle que la soit la période et la durée souhaitées.

JO ou pas JO, les vacances c’est Juste Obligatoire !

Partager sur :