Rechercher

Nos collègues suspendus doivent être réintégrés sans conditions

Communiqué de presse

Alors que l’hôpital public manque cruellement de professionnels dans nos établissements, la bonne nouvelle pourrait être la réintégration immédiate des collègues suspendus.

L’USAP-CGT a constaté au sein de l’AP-HP que le retour au travail des collègues injustement suspendus, se voyait entraver par des dispositions contraignantes voire une nouvelle fois discriminante.

Nos collègues suspendus de leur droit au travail et leur droit de fonctionnaire (rémunération, avancement, retraite, etc.) doivent réintégrer leur service immédiatement sans subir une nouvelle stigmatisation, mise à l’index.

C’est dans ce sens qu’en urgence l’USAP-CGT a demandé à rencontrer la DRH de l’AP-HP pour exiger :

► La réaffectation immédiate des collègues au sein de leur service

► L’obtention de leur arrêté de réintégration

► La souplesse dans les délais de retour et de réaffectation du fait de la situation sociale particulière de certains collègues qui ont dû réadapter leur vie pour bien souvent survivre après leur suspension

► Le règlement des droits qui leur ont été spoliés lors de leur suspension : solde des congés annuels, reliquat de primes semestrielles, maintien du cycle initial de départ de congés bonifié, etc…

Nous ne comprenons pas et n’acceptons pas l’acharnement des directions à ne pas faciliter le retour de nos collègues qui ont aussi contribué à faire tourner nos services dans les périodes difficiles de pandémie en 2020 et 2021, sans compter les années passées dans les services hospitaliers.

Nous en avons profité pour demander à la Direction générale de se saisir de l’opportunité de la levée de l’obligation vaccinale pour recontacter tous nos collègues qui ont quitté leur fonction suite à l’obligation vaccinale (disponibilité, rupture conventionnelle, démission, etc.). Là encore, le peu de réactivité de la DRH est incompréhensible face aux difficultés de recrutement et de fidélisation qui empêchent un fonctionnement normal dans les services et sont la cause de fermeture de lits et de services.

Nous avons dénoncé et mis en garde la DRH de l’AP-HP sur l’attitude et les commentaires du corps directorial vis-à-vis des collègues suspendus ou de la levée de l’obligation vaccinale et cela au regard de l’inacceptable communiqué de la FHF.

PARIS, LE 24/05/2023

Partager sur :