Rechercher

Préavis de grève pour le 23 Mai 2024, Psychologues mobilisons nous !

Monsieur Nicolas REVEL Directeur général

Monsieur,

Dans le cadre de la journée nationale de grève du jeudi 23 mai 2024, nous vous demandons de bien vouloir accuser réception du présent préavis de grève, conformément au 3ème alinéa de l’article 3 de la loi n° 777 du 31 juillet 1963.

Sous réserve de solution satisfaisant les personnels concernés, et intervenues dans le cadre des dispositions des articles 1er et 3 (dernier alinéa) de la loi précitée, la cessation concertée du travail prendra effet à 21 h le 22 mai 2024.

Pour les agents soumis au service continu et dont les horaires d’embauche et de débauche débordent les jours et horaires précités, le préavis doit couvrir les agents en amont et en aval de ces journées.

Nous attirons votre attention sur le fait que ce préavis est valable pour l’ensemble des personnels relevant des établissements de l’AP-HP visés par la loi du 31 juillet 1963.

Nous renouvelons la volonté des psychologues en lutte de voir s’ouvrir de véritables négociations, en vue du règlement des revendications portées par leur action concernant, notamment :

Nationalement :

  • Revalorisation des grilles des psychologues de la FPH en rapport avec leur niveau de qualification (actuellement nous avons les mêmes grilles que les Bac+3 alors que nous avons au minimum un Master) ;
  • Revalorisation de l’ensemble des grilles dans les secteurs conventionnés ;
  • Reconnaissance du doctorat dans les rémunérations ;
  • Mise en place massive de concours externes et réservés pour résorber la précarité dans la FPH, qui est utilisée comme variable d’ajustement ;
  • Embauche de psychologues dans l’ensemble des établissements du secteur sanitaire, social et médico-social ;
  • Création urgente de postes de psychologues dans les CMP et Centres de Santé plutôt qu’extension du dispositif libéral MonParcoursPsy ;
  • Respect du statut dans la FPH, en particulier pour l’évaluation, qui est actuellement non conforme (subordination au médical) ;
  • Respect de notre autonomie professionnelle dans le choix de nos orientations cliniques,
  • Respect de la fonction Formation Information Recherche dans la FPH et les secteurs conventionnés ;
  • Structuration de la profession dans la FPH par le décret qui officialiserait l’expérimentation de 2012, plébiscitée par la profession ;
  • Intégration générale et effective des projets psychologiques rédigés par les psychologues dans les projets d’établissements ;
  • Reconnaissance statutaire et salariale des responsabilités d’équipe.

Au titre de l’APHP :

  • La revalorisation des rémunérations et salaires à hauteur des qualifications (reconnaissance qualifications Bac+5 et doctorat) ;
  • Le paiement des heures supplémentaires ; un temps de travail permettant le choix forfait jour ou décompte horaire ;
  • Les prix des repas dans les selfs correspondant à ce que gagnent les psychologues et non à leur échelon pour ne pas discriminer les temps partiels ;
  • Une prime à la vie chère sur Paris et l’Ile de France ;
  • Le renforcement des effectifs à l’APHP, par l’augmentation des postes de Psychologue, en lien avec l’augmentation et la complexité des demandes ;
  • L’ouverture de concours à l’APHP organisés tous les ans et une réelle politique de résorption de l’emploi précaire ; respect de la loi 2005 sur la durée des CDD et le passage en CDI ;
  • Le remplacement immédiat des psychologues en congés maternité, en congés longues maladies et partant à la retraite ;
  • La publication des postes vacants en interne pour faciliter les changements de postes conformément à la circulaire de 2012 ;
  • L’autonomie de l’exercice professionnel et la non-imposition des méthodes thérapeutiques ;
  • Des budgets spécifiques pour les outils des psychologues ;
  • L’accès à des bureaux de consultations aménagés pour des consultations psychologues ;
  • L’augmentation des budgets de formations pour les psychologues et le développement de la formation continue par des formations spécifiques dispensées par le centre APHP Picpus ;
  • L’application des textes sur le temps FIR et sur l’évaluation professionnelle ;
  • Une prise en charge des supervisions individuelles et collectives ;
  • De vrais projets d’établissement intégrant la dimension psychique des patients, des familles et des équipes, construits par les psychologues et présentés en instances locales ;
  • Reconnaissance de la place des Psychologues dans l’ensemble des champs d’exercice à L’APHP ;
  • Reconnaissance de leurs organisations syndicales représentatives, démocratiquement élues (Élections Professionnelles FPH dont APHP) ;
  • Ouverture de négociations à l’APHP pour les Psychologues sur : Effectifs, concours, résorption emploi précaire (CDD, CDI), rémunérations, temps de travail et paiement des heures supplémentaires, conditions de travail, formation et temps FIR, …

Dans l’attente, nous vous demandons de prévenir les chefs d’établissements visés par la réglementation précitée afin de les rendre respectueux du droit de grève, à commencer par l’application pleine et entière de la loi du 31 juillet 1963 en matière de négociation préalable ou de concertation prévue par la circulaire n° 2 du 4 août 1981.

L’Union Syndicale CGT de l’APHP rappelle que ses organisations savent prendre leurs responsabilités pour assurer la sécurité et les soins aux malades, dans la limite des moyens humains et matériels.

Partager sur :