Rechercher

Psychologues du sanitaire et du médico-social, mobilisons nous !

Rendez-vous le jeudi 23 Mai à 14h devant le ministère de la santé

Alors que la profession s’était fortement mobilisée en 2021 et 2022, le gouvernement s’autorise à aller toujours plus loin dans la déconsidération et dans l’instrumentalisation de notre profession ! Le ministre Aurélien Rousseau avait évoqué des « psychologues en pratique avancée » ainsi qu’un « ordre des psychologues », réduisant par la même occasion les psychologues à une « ressource » dont il convient de s’assurer qu’elle est « mobilisable ».


On parle beaucoup des psychologues, mais notre organisation est exclue des discussions sur leur travail ! Nous ne sommes plus reçus au ministère de la Santé depuis 7 ans.

Pour les psychologues de l’UFMICT-CG T, il est temps d’agir !

Les motifs de colère dans nos secteurs du sanitaire et du médicosocial ne manquent pas. Nos rémunérations n’évoluent pas depuis des décennies. La précarité des psychologues est toujours parmi les plus importantes dans la FPH (50 %). La fonction FIR (ou DIRES) et le temps associé nous sont contestés. Nos conditions d’exercice se dégradent sous l’effet d’une demande croissante, d’une subordination au médical ou encore de la protocolisation à outrance.

Le prochain PLFSS, débattu à l’automne 2024, sera l’occasion pour le gouvernement d’avancer plus encore, notamment via la réforme annoncée du dispositif MonSoutienPsy.

C’est donc le moment de nous faire entendre et de peser dans les discussions !

C’est pourquoi, notre collectif appelle à une journée de grève des psychologues le jeudi 23 mai 2024.

Psychologues salariés dans le public et dans le privé à but lucratif et non lucratif : Soyons nombreux devant le ministère de la Santé pour imposer qu’enfin les psychologues relevant de ce ministère puissent faire entendre leur voix !

Cette mobilisation s’inscrit dans une série d’actions :

  • Enquête CGT, fin décembre sur l’entretien d’évaluation annuel (plus de 50 % non-conformes);
  • Début 2024 : courrier à la DGOS pour demander un rappel aux établissements quant au positionnement hiérarchique des psychologues hospitaliers, sans réponse à ce jour.

NOUS REVENDIQUONS :

  • Revalorisation des grilles de salaires des psychologues de la FPH en rapport avec leur niveau de qualification (actuellement, nous avons les mêmes grilles que les Bac+3 alors que nous avons au minimum un Master) et revalorisation de l’ensemble des grilles dans les secteurs conventionnés. Reconnaissance du doctorat dans les rémunérations ;
  • Mise en place massive de concours pour résorber la précarité dans la FPH, qui est utilisée comme variable d’ajustement ;
  • Embauche de psychologues dans l’ensemble des établissements du secteur sanitaire, social et médico-social. Création urgente de postes de psychologues dans les CMP et Centres de Santé permettant l’accès direct des patients à la consultation psychologique. L’extension du dispositif libéral MonSoutienPsy ne répondra pas à tous les besoins ;
  • Respect du statut dans la FPH, en particulier pour l’évaluation, qui est actuellement non conforme (subordination au médical) ;
  • Respect de notre autonomie professionnelle dans le choix de nos orientations cliniques ;
  • Respect de la fonction Formation Information Recherche dans la FPH et les secteurs conventionnés ;
  • Structuration de la profession dans la FPH par le décret qui officialiserait l’expérimentation de 2012, plébiscitée par la profession ;
  • Intégration générale et effective des projets psychologiques rédigés par les psychologues dans les projets d’établissements ;
  • Reconnaissance statutaire et salariale des responsabilités d’équipe ;
  • Accès direct à la consultation avec un·e psychologue.

Soyons nombre.ses. le jeudi 23 Mai pour donner du poids à ces revendications !

  • A 14h00 : manifestation devant le ministère de la Santé, place Pierre-Laroque 75007 Paris
  • A 17h00 : assemblée générale, en intersyndicale et associations, et en présence de députés de différents groupes à la Bourse du Travail, Salle Ambroise Croizat, 3 rue du Château d’Eau 75010 Paris

Partager sur :